Résultat de l’équipe 2.

Retrouvez le classement général de cette compétition et le débrief de Paul 😉

Classement à l’issu de la ronde 6:
Capture
Le débrief de Paul:
HAUT-RHIN 1 – RONDE 6
LUTTERBACH 1 – HUNINGUE 2     3-2
L’équipe 2 n’a pas été loin de faire trébucher l’ogre Lutterbach. Lorsque ce club entre en compétition les dimanches de jeu, les échiquiers tremblent de peur. 2188, 1988, 1873…Leurs Elos aux trois premiers échiquiers. Puis, 1721, 1691, 1442… En DI, une équipe de géants. Régulièrement premier en DI, ce club ne souhaite pas accéder en NIV. Histoire de déplacements lointains. A l’autre bout du Bas-Rhin parfois. Une logique qui peut se comprendre et même si dans notre groupe la force de cette équipe est par trop écrasante. Un peu dommage quand-même…
SI PRES DE L’EXPLOIT !
 
Sans Horst ni Constant, l’équipe n’en a pas moins joué crânement sa chance. Et si elle s’incline au final, sur le plus petit des écarts (3-2) de surcroît, il s’en est fallu d’un cheveu pour qu’elle ne ramène un demi-point du déplacement. Détails.
 
Au 1er échiquier, Paul (Noirs) affronte Volker Stolle (2188). Hollandaise Stonewall. Le jeu d’abord fermé explose bientôt au centre. Tout au long, le moteur d’analyse donne l’égalité. Combinaison gagnante – éblouissante – pour les blancs finalement. Belle partie. Eclairante. Instructive.
Au 2e, Werner a joué comme un Grossmeister. C’est Werner von Beethoven que nous allons l’appeler. Ses parties sont des symphonies. Voici donc, la 6e, la Pastorale ! Werner annule. Magistralement. Et qui plus est, dans une position légèrement supérieure où l’adversaire est tout heureux du demi-point. «Werner, dein Elo wird steigen ! Brauchst du Oxygen hier oben ?» (Werner, son Elo va tant grimper qu’il aura bientôt besoin d’un masque à oxygène…) 
Au 3e, Danielle a vendu chèrement sa peau. Rendant plus de 300 points à son adversaire, elle a été loin de démériter. De même pour Clément au 6e. Une défaite courte. Dommage car, sur sa forme actuelle, Clément était tout à fait capable d’arracher au moins la nulle.
Enfin, nos deux jeunes. Céline au 4e. Jean-David au 5e. Après une partie très équilibrée, Céline a littéralement atomisé un joueur de la classe de Gérard Dubs, ancien 1900 et plus, en finale. De rage, le brave Gérard en a déchiré sa feuille de partie… après avoir chaleureusement congratulé sa jeune adversaire… La finale, point fort également de Jean-David. Calme, posé, précis, Jean-David a lui aussi fait mordre la poussière à un adversaire présumé nettement plus fort que lui. Epatant de le voir conduire sa position en gagnant peu à peu de l’espace, tout en étouffant tout contre-jeu pour l’adversaire. Du Karpov dans le texte. Bravo à nos deux jeunes ! Il n’y a pas à dire, la 2 a de l’avenir ! «Bientôt, leurs Elos se rapprochant à pas de loup, ils pourront jouer devant nous», a glissé Danielle avec philosophie à l’issue du match. Werner a acquiescé d’un hochement de tête. Clément s’est dit : « Ils sont déjà devant moi… »
 
La 2 sait bien vivre également. Autour des échiquiers. Et, dans un bel esprit de convivialité, autour d’une table au Buffalo Grill, à l’invitation du club à l’issue de la partie…
buffalo-grill-zaragoza