Le team 2 a baissé pavillon

Retrouvez le classement de cette compétition et le débrief de Paul 😉

Classement après la ronde 5.

class_ap_r5_t2

Le débrief de Paul:

HUNINGUE 2 – COLMAR 3    :   1-3
Le team 2 a baissé pavillon
Défait par Colmar 3 le team 2 rentre dans le rang. Bien au chaud au coeur du peloton. Ni trop de crainte pour le maintien. Ni d’espoir pour une montée que, de toute façon, nous ne souhaitions pas.
Au 1er échiquier, Paul a loupé le coche. Jouant contre Maxime Lambach, un jeune très prometteur, il s’est créé une position totalement gagnante. Chess.com donne +8,60 alors. L’attaque est imparable. Mais avec seulement 1’30 » à la pendule, la tempête fait rage… L’adversaire propose nulle par répétition de coup, Paul refuse, tente de forcer, encaisse un percutant KO debout. Mat.
Au 2e, Constant rendait 200 points Elo à son adversaire. Pas impressionné pour un sou, notre jeune joueur a mené la danse tout au long. La partie s’équilibre finalement. Nulle.
Au 3e et au 5e, la journée ne sera pas faste pour Danielle et Céline, sa petite fille. Elles doivent s’incliner et l’une et l’autre, mais non sans avoir lutté vaillamment dans des positions quasi équilibrées. Il est des jours comme ça où le destin penche de l’autre côté.
Dans sa slave favorite, au 4e échiquier, Werner est entré assez vite en finale après un échange général sur la colonne c. Les deux adversaires tentent de forcer tour à tour, sans succès.
Au 6e échiquier, un Jean-David épatant remporte sa troisième victoire en autant de parties jouées pour le compte de l’équipe. Bravo, champion ! Certes, pour ces brillants résultats. Et pas que. Car, Jean-David est un modèle dont pourra s’inspirer tout joueur d’échecs. Il joue avec calme, posément. Un jeu propre dont la rigueur est un pare-feu contre toute gaffe. La comparaison est osée, bien sûr : Jean-David fait penser à Magnus Carlsen par son attitude réfléchie face à l’échiquier…
Lors de la prochaine ronde, le 17 mars, l’équipe se déplace à Lutterbach, leader et ogre du groupe. Elle enregistrera alors le retour de HORST
(Paul)