DI – 1ère ronde Dimanche 7 octobre à 9

A tous,
 
Vous le savez désormais, Clément passe le témoin en tant que capitaine. Je prends le relais.
Nous jouerons la 1ère ronde d’ici un peu moins de deux semaines et devrions très rapidement savoir contre qui et où.
Si le calendrier des matches n’est pas encore paru, cela ne saurait tarder.
Par contre, au CE3P ça ne traîne pas. Je suis en mesure dès aujourd’hui de vous donner
la composition de notre équipe pour cette première ronde.

1. Horst LUTZ, 1859
2. Paul MUNCH, 1758
3. Danielle SEITZ, 1554
4. Werner KAEMPFE, 1533
5. Clément JORDAN, 1393
6. Jean-David FAYSSAUD, 1271

Une belle équipe ! Il nous faudra bien sûr attendre et voir la composition de celles adverses pour jauger réellement. Néanmoins, il ne m’étonnerait guère qu’avec une formation aussi percutante le CE3P ne figure dans le lot des favoris.
La force de l’équipe ? Son esprit conquérant. Son homogénéité. Sa force de volonté. Il n’est pour s’en convaincre que de passer les joueurs en revue.
Horst sera un porte-drapeau exemplaire. Créatif, imaginatif. Un joueur en airain, inoxydable et solide, fait de ce métal dont on coule les médailles olympiques… Danielle, nul ne l’ignore, porte son jeu à des intensités extrêmes. Seule Jeanne d’Arc saurait lutter contre notre passionaria. Inflexible Danielle, intraitable, impétueuse. Jouera-t-elle avec un casque à panache ?… Werner, tout nourrisson savait déjà se battre pour son biberon. «Habe Hunger !» disait-il à sa maman, en trépignant des pieds et battant des mains. Alors, l’échiquier, pour lui… Sacré Werner : «Wir zählen starck auf dich ! Du wirst unseren Sonnenschein sein, unsere strahlende Sonne !…» Clément, d’aucuns s’en souviennent comme d’un capitaine courageux, ce fameux Mousquetaire qu’il a été de si longues années durant. Galvanisant ses troupes, les bichonnant, les encourageant. Et, partant, donnant le «la» par un jeu qui sait sortir de la tranchée, sabre au clair ! Jean-David aura un rôle essentiel à tenir au 6e échiquier. Il sera, soyons-en convaincus, notre botte secrète. Son Elo n’a guère eu le temps de grandir, mais quel talent déjà ! Sans mentir, je le vois réussir un 100% cette saison ! Il sera notre jocker, celui qui, en fin de matches, ajoutera le point décisif sur la balance pour la faire pencher du bon côté… Quant à Paul (moi !), je n’aurai d’autre choix que de me mettre au diapason. DD lui-même (Didier Deschamps) serait fier d’une telle formation. C’est dire…
L’équipe aura un autre atout. Son banc. Dans l’antichambre piaffent déjà et fourbissent leurs armes, prêts à entrer dans le grand combat, les Karl-Christian, Céline, Constant, Nora, Louis, Michel, Ginette et autres Edgard qui sait – et pourquoi pas, Ed dit «The Killer, ne ressortirait-il pas son Magnum ?» – un puissant vivier où les trois capitaines – Olivier (NIII), Eric (DII), moi-même (DI) – sauront puiser à volonté.
Alors oui, ce temps-là sera venu en cette ville de Huningue, Porte de France, qui autrefois accueillit une garnison,
une garnison dirigée quelques mois durant par Rouget de Lisle lui-même – 1792 – avant qu’il ne parte à Strasbourg, pour y composer la Marseillaise que nous savons,
le temps sera venu des roulements au loin… Alors… Alors…
Ami, entends-tu le bruit sourd des tambours qui annoncent
la marche triomphale des conquérants du CE3P ?

Paul.