Départementale 1 « Choc des Titans »

Dimanche 8 octobre 2017 avait lieu au club du CE3P une rencontre inédite en Départementale 1, Huningue 2 contre Huningue 3. Certains diront que le match est arrangé, mais bien au contraire, tout le monde a joué vraiment le jeu. Paul revient très longuement sur cette journée peu banale. (Photo : Danielle, Clément)

Pour qui sait que nos deux équipes 2 et 3 allaient s’affronter à l’occasion de la 1ère ronde en DI, nul ne sera étonné d’avoir entendu, sur le coup des 9 heures le dimanche matin 8 octobre, la terre trembler. Le combat a fait rage. Et même si la joute a revêtu des allures cordiales. En témoignent les effluves de café et de croissants servis aux combattants.

Les jeunes : Victorien, Dylan Les anciens : Eric, François

6e échiquier :
Victorien STADLER – Eric SCHREIBER 0-1
La petite chèvre de M. Seguin déjà, et toute une nuit entière, avait lutté. Au matin, le loup se la mangea. Eric connaît « Les lettres de mon moulin » par coeur. Il lui aura fallu nettement moins de temps qu’au loup d’Alphonse Daudet pour mater son courageux agneau. Il faut le dire : Victorien s’est battu. Ni peur, ni reproche… En pédagogue averti, Eric aura par la suite passé bien davantage pour analyser avec son jeune adversaire. Quelle belle image que celle du joueur expérimenté transmettant son savoir à un jeune de la génération montante…

5e échiquier :
Dylan FOLEY – François HERZOG 1-0
Dylan rendait près de 300 points Elo à son adversaire. La partie était équilibrée sauf que François s’est vu infliger des pions doublés sur la colonne f. Rois au centre. Attaque sur l’aile Dame par le jeune Dylan. Percée du côté Roi. Imparable. Une victoire qui promet et d’autant plus qu’acquise, non pas sur un coup tactique, mais bel et bien au terme d’une stratégie finement élaborée. Bravo Dylan !

4e échiquier :
Clément JORDAN – Joseph PIERSON 1/2
Terrible Jo ! Toujours aussi vert et fougueux même à 80 printemps bien sonnés. Mais voilà. Parfois, Jo a des oublis. Là, il est parti à la bataille avec une épée… en bois. Il avait oublié sa Durandal. Avec son cavalier d’avance, mille fois, autrefois, il aurait plié sa partie. Là, à force de manoeuvrer finement à gauche, à droite, Clément a tenu. Jo s’est retrouvé tout heureux au final avec son demi-point… De beaux enchaînements sur l’échiquier. Belle partie.

Jo et Bruno

 

3e échiquier :
Danielle SEITZ – Bruno BRENGARD 1/2
Danielle n’est pas une fana de BD. Bruno, nul ne l’ignore, c’est Lucky Luke déguisé en joueur d’échecs. Sans doute l’un des seuls joueurs du noble jeu à dégainer plus vite que son ombre. « Je ne pouvais rien entreprendre », dira Danielle. « Il a tout échangé… » Nulle en 16 coups. Ca va ? Pas trop fatigués les combattants ? Ceci étant, ces deux joueurs-là sont si proches que toute prise de risque de l’un de l’autre aurait pu s’avérer fatale. Alors…

2e échiquier :
Paul MUNCH – Werner KAEMPFE 1-0
Ces deux-là se connaissent comme larrons en foire. Au bout de trois heures d’un jeu équilibré en apparence, mais dysymétrique, majorité aile dame pour Paul (Noirs), Werner a eu beau dire dans son bel accent Français né en Germanie de l’Est : « Je propose nulle », Paul lui a répondu un : « On continue » signifiant qu’il allait poursuivre le bras de fer. Bien lui en a pris. Il stabilise le centre, envoie un pion au sacrifice à l’aile Dame, obligeant le Roi blanc à courir à sa poursuite, et perce, avec son Roi, du côté Dame. Le Roi lutte avec le Cavalier adverse, le domine et conclut par la promotion d’un pion. Lutte acharnée entre deux joueurs qui s’estiment.

Fançois, Werner, Horst et Paul, les 4 Z’amis

1er échiquier :
Horst LUTZ – François DONNE 1/2
C’est « la » partie de la journée. Horst avec les Blancs essaie d’embrouiller François dans l’ouverture. En Blitz, cela aurait pu marcher. En partie lente, François demeure un joueur trop brillant pour s’en laisser compter. Il pare toutes les menaces, développe ses pièces avec harmonie et bientôt, lui-aussi, va montrer les crocs. Le Roi blanc tremble. Horst n’en croit pas ses yeux. Une longue bataille du centre s’engage ensuite. Les deux joueurs minent le terrain tour à tour. Attaque. Contre attaque. Les coups pleuvent. Bientôt le casque obligatoire aux échecs ? François prend un léger avantage positionnel. Pièces mieux placées. Aurait-il pu l’emporter ? Alors que le pendule commence à trembler, les deux joueurs se serrent la main. Nulle. Bravo aux deux ! Magnifique bataille !

Bravo aussi à ces deux belles équipes. Le temps d’une matinée, elles ont su faire honneur aussi bien au noble jeu qu’à son esprit. Une belle rencontre chevaleresque, marquée du sceau de la cordialité. Les échecs y sont assurément gagnants. Le CE3P aussi. (Paul)

Prochaine ronde, dimanche 19 novembre 2017, Huningue 3 à Lutterbach et Huningue 2 à Alkirch.