Championnat de France « La D2 seule en tête, la N III marque le pas »

Fin janvier, la température est négative depuis plusieurs jours, et nos équipes sont en compétition ce dimanche 29 janvier 2017. Des problèmes d’effectif ont rendu les matchs difficiles pour cette 5ème ronde. Seule la D2 a su monter en température. Aperçu des résultats des 3 team. (Photo : l’équipe de D2)

Nationale III :

Teemulen Baldandorj

Teemulen Baldandorj

La rencontre contre Besançon TPG en Nationale III a été compliquée et nous nous inclinons sur le score de 3 à 5.. Nous avons du nous passer de 4 joueurs titulaires pour ce match. Et pourtant, nos jeunes remplaçants n’ont pas démérité. En l’occurrence avec l’exploit du jeune Teemulen (1282) au 8ème échiquier qui gagne son duel, avec les noirs, contre Robbe Christophe (1755). Une superbe partie qui en perdant une qualité, malgré lui, renverse totalement le cours de la finale, Bravo ! Et notre joueur prometteur Noah qui continue à progresser en gagnant contre Cao Philippe (1920). A noter le retour gagnant d’un ancien joueur du club, Zejko Stankovic. Comme à son habitude avec un jeu très solide, il fit craquer en finale son adversaire, Mangold Noé (2023). Notre équipe rétrograde à la 4ème place au classement général, mais avec un match en moins. Prochaine ronde, le dimanche 12 février à Vesoul contre Dijon Duc. (Laurent)

Zeljko Stankovic

Zeljko Stankovic

 

 

 

 

 

 

Natinale IV :

L’équipe 2 poursuit son chemin de croix. Nouveau match difficile. Nouvelle défaite. Que nul ne s’y trompe cependant. Contre des adversaires aux Elos supérieurs sur tous les échiquiers- 400 points parfois -, la troupe à Clément Jordan a chèrement vendu sa peau. Ces pèlerins-là ont des âmes nobles.

Paul Sheffay

Paul Sheffay

Contre vents et marées
Les deux Paul – pôle Nord, pôle Sud ? Non ! Paul Munch, Paul Sheffay – se sont inclinés aux échiquiers 1 et 2. Mais sans jamais perdre le Nord néanmoins. Oui, au terme de parties égales, équilibrées, qui auraient tout aussi bien pu se solder par des nulles. De même au 3e échiquier. Quel combat Danielle Seitz y a mené ! Trop impressionnée par l’Elo de son adversaire, elle a rendu la pièce qu’elle avait gagnée, espérant ainsi soulager la pression. Mal lui en a-t-il pris ? Y avait-il pression à ce point ? L’analyse seule le dira. Danielle semblait bien dominer les débats. Dommage. Trop dommage…
Bon sang ne saurait mentir
Clément Jordan (au 6) et Telmen Balkdandorj (au 8) se sont vaillamment battus. Les parties ont été longues, disputées. Ils se sont accrochés, sans jamais baisser les bras, et tant l’intrépide capitaine que le brave bonhomme haut comme trois pommes… A l’instar de Céline Atly (au 7). Comptant un pion de moins, la partie de la petite fille de Danielle paraissait compromise. Bon sang ne saurait mentir. C’était sans compter sur sa hargne à la lutte. Céline a construit une attaque digne des livres d’études. Et son son adversaire – à qui elle rendait plus de 300 points Elo – a été contraint à l’inévitable partage du point.
Deux pirates à babord
Cinq défaites, une nulle. Et puis, deux magnifiques et brillantes victoires. Salah Thali est-il fan de tennis ? Roger Federer et Raphaël Nadal jouaient la finale de l’open d’Australie à la même heure. Salah n’aura loupé que le premier set. Sa partie était pliée. Un point pour notre team. Attaque à babord !
Jean-Paul Griggio (n°4) n’a appris le résultat de Melbourne que dans l’après-midi. Trop occupé JP. Trop occupé à passer son adversaire à la pointe de son épée. Un jeu d’une précision diabolique, irrésistible. Attaque à tribord ! Une merveille de construction en finale. La batterie des deux fous et d’un cavalier accompagnent trois pions passés. JP est grand. Mais cela nous le savions déjà.
Quant à l’avenir de l’équipe, c’est sans doute en Division I, où elle sera mieux à sa place, qu’il se profile. Deux rondes restent à jouer cette saison. Une aventure nouvelle se profile à l’horizon. (Paul Munch)

Départementale 2 :

Superbe rencontre, Huningue gagne ce duel au sommet contre Bennwhir par 3 à 1. Le match débute très bien sur le forfait de Bennwhir au 5ème échiquier. Il fallait donc encore 2 pts pour remporter la partie. Tension énorme au fur à mesure du match ! Deux échiquiers semblaient partir gagnants et c’est ce qui arriva. Pendant que Bruno perdit son match contre le Docteur de la Ligue, Jaegert Daniel (1572), Werner apporta le 2ème point. Il ne restait plus que Joseph et François pour espérer gagner la rencontre. Et c’est Joseph qui gagna magistralement sa partie. En capitaine d’équipe heureux, j’ai explosé de joie. Il restait encore le 1er échiquier, Donne François, et son adversaire, sportivement, ne voyant que il ne pouvait plus gagner la rencontre, lui proposa le nul ce qu il s empressa d accepter. Car Henri Paul Chauvel à quand même  un élo fide de 1856pts. Nous sommes à présent seul 1er de notre groupe. (Eric)