Article paru dans le DNA du 28/10/16

Comme chaque grosse entreprise qui se respecte, nous avons notre attaché de presse en la personne de Paul Munch (à droite sur la photo). Grand reporter à ses heures perdues et aussi photographe, il nous a gratifié d’un superbe article sur notre club dans les Dernières Nouvelles d’Alsace du 28 novembre 2016.

 

Toujours jeunes !
Grâce à Jean-Paul Griggio, devenu il y a quelques jours tout premier président de la Ligue d’échecs du Grand-Est, le club d’échecs des 3 Pays (CE3P) est devenu une référence : un club formateur et le quatrième d’Alsace. Retour sur une belle page des échecs.

quot-echec-et-mat-quot-claironne-avec-fierte-cet-adorable-petit-ecolier-de-maternelle-photo-dna-p-m-quot-echec-et-mat-quot-claironne-avec-fierte-cet-adorable-petit-ecolier-de-maternelle-photo-dna-1477

« Echec et mat ! », claironne avec fierté cet adorable petit écolier de maternelle. PHOTO DNA-P.M. « Echec et mat ! », claironne avec fierté cet adorable petit écolier de maternelle. PHOTO DNA

l était une fois un club d’échecs qui, au fil des ans, s’était bien rabougri. D’une cinquantaine de membres dans les florissantes années soixante-dix, il était passé à sept, sept tout juste en 2002. Les grands clubs, quelque peu dédaigneux, disaient alors de lui : « Huningue ? Connais pas. » En septembre de cette année-là, Jean-Paul Griggio a pris les destinées du CE3P en mains.

Une véritable pépinière

Le nouveau président ouvre le club vers l’extérieur. « Dans une région comme la nôtre, beaucoup de gens savent jouer aux échecs », dit-il. Et relance ainsi le championnat interne. Surtout, il crée une école de jeunes. Le succès est immédiat. « En peu de temps, une quarantaine d’enfants ont suivi nos cours », se souvient-il aujourd’hui.

En parallèle, le club s’oriente vers le milieu scolaire. Initiation, perfectionnement dans les écoles, les collèges. A Saint-Louis : Victor Hugo, Wiedemann, Bourgfelden, Galilée. A Michelbach-le-Haut, Hégenheim, Folgensbourg. Dans les CES Schikelé et Gérard de Nerval. A l’école des Missions de Blotzheim. Et même à la maternelle Baerenfels ! Un peu partout, bientôt, de joyeux « échec et mat » vont résonner !

2000 jeunes ont été formés

« Nous avons formé quelque 2000 jeunes en une quinzaine d’années », observe Jean-Paul Griggio. Et de souligner que « les échecs sont par excellence un jeu d’attention et de concentration. Même les enfants les plus turbulents y deviennent attentifs. » Les résultats ? « Nous avons raflé de nombreux titres. Départementaux et régionaux. L’école Pagnol de Huningue brille même aux France chaque année. »

2006 sera une année exceptionnelle : « Sur 6 titres attribués en Alsace, le CE3P en décroche trois ! Julie Griggio, Nicolas et Patrick Grandadam sont couronnés. Ces deux derniers deviendront même maîtres FIDE par la suite ».

Des équipes au sommet

Les performances ne sont pas en reste chez les adultes. « La saison écoulée, par exemple, nos trois équipes ont terminé premières de leurs championnats respectifs ». Trois titres, en NIV (championne d’Alsace), en DI, et en DIII (championnes du Haut-Rhin). Et cette saison, nouvelles promues, ces équipes ont déjà remporté leur premier match.

Il y a quelques années, l’équipe fanion s’était même hissée en Nationale I. « Les déplacements étaient loin. C’était compliqué au plan financier. » Le CE3P figure à ce jour au 4e rang en Alsace. Le nouveau président, Olivier Lafond de sourire : « Même les plus grands nous connaissent ! »

 

Cap sur le Grand Est

jean-paul-griggio-le-premier-president-de-la-ligue-d-echecs-du-grand-est-photo-dna-p-m-1477587047

Jean-Paul Griggio, le premier président de la Ligue d’Echecs du Grand-Est. PHOTO DNA – P.M.

 

Président du CE3P de 2002 à février 2016, et de la Ligue d’Alsace depuis 2014, Jean-Paul Griggio est depuis le mois dernier le tout premier président de la Ligue des Echecs du Grand Est.

Quels objectifs ciblez-vous ?

« Avec 6 000 licenciés, nous sommes la 2ème ligue de France. L’Ile de France en compte 14 000. Mais j’ai pris le pari qu’en 2018, nous serons premiers au niveau des titres remportés chez les jeunes. L’objectif, donc, est de développer le jeu d’échecs, notamment par la formation des jeunes. »

La place de l’Alsace ?

« L’Alsace est une référence. Elle compte 2 500 licenciés, dont 1 000 jeunes ! C’est immense. Nos écoles de formation sont particulièrement florissantes. Ce qui fonctionne bien ici, nous l’implanterons ailleurs. »